top of page

Entre la paie et la paix, c’est quoi l’essentiel ?

Je ne manque jamais de lire les infos du Fenua sur internet et celles du Caillou qui ne

sont plus consultables que sur le web également. Souvent, je ne lis que les titres et

je laisse tomber les articles qui, par exemple nous annoncent une huitième

résurrection du Here Ai’a (lecture inutile puisque à force de renaître il n’atteindra

jamais l’âge adulte) ou les nouvelles mesures prises à Nouméa pour lutter contre la

délinquance routière (lecture inutile puisque le code de la route local autorise à

rouler à 110 km/h sur des routes pourries). En Polynésie, les sites des quotidiens

sont gratuits, mais ils sont payants en Calédonie. Comme je n’ai pas l’intention de

m’abonner, quand un article m’intéresse vraiment, ma sœur le scanne et me

l’envoie. Ce n’est pas très correct, je le sais, vis-à-vis de la presse mais la plupart du

temps, tout est dans le titre et le reste n'ajoute pas grand-chose. Ce n’est pas, ciel,

comme les journaux dits people dans lesquels il n’y a aucun rapport entre le titre et

le contenu de l’article. Par exemple, tu lis : « l’acteur N… vient de rencontrer

l’amour ». Tu apprends qu’il est allé dans une animalerie où il a acquis un bichon

dont il ne peut plus se passer…


Bref, je me gave de titres mais pas du premier coup. Souvent, avec le site des

Nouvelles Calédoniennes, tu ne lis d’abord que le contenu d’un nombre convenu de

lettres, ce qui donne des trucs cocasses. Par exemple : « le ministre est sou… ». Si tu

cliques, tu découvres : « le ministre est sous pression ». Ou encore : « l’actrice est

enc… » qui laisse entendre qu’on va découvrir son baby bump. En fait, « l’actrice est

encouragée par un grand prix d’interprétation ».

Le 6 février dernier, Les Nouvelles Calédoniennes titraient ainsi : « Le plus important

c’est la pai… ». Il ne faut pas être très versée dans la langue de Molière pour

imaginer que deux mots seulement étaient possibles : la paie ou la paix. Je levai un

instant la tête, histoire de réfléchir au mot qui conviendrait le mieux. Je jouai donc

aux devinettes. Si c’était un dirigeant syndical qui parlait, parions qu’il s’agirait de la

paie, mais sait-on jamais ? Oui, il existe peut-être le leader syndical qui expliquerait

que la paie trop élevée risquerait de mettre l’entreprise à l’arrêt et les salariés au

chômage. En fait, ce serait plutôt un leader syndical patronal qui lancerait ce genre

de mise en garde… Ensuite, s’il s’agissait de la paix, qui avait bien pu affirmer que

c’était là le plus important ? Un conseiller conjugal qui, à l’approche de la Saint

Valentin, voulait préparer de bonnes recettes pour les restaurants de la place ? Un

gardien éponyme (je veux dire un gardien de la paix) qui justifierait ses fonctions ?

Un coiffeur qui ne voudrait pas qu’on coupât les cheveux en quatre, source bien

connue de dissensions ?

Je pensais plutôt à l’Amiral qui prépare la guerre pour qu’elle n’ait pas lieu… Ou au

Haut-Commissaire, le énième chargé par Paris d’empêcher tout dérapage entre les

forces politiques opposées ? Bingo ! C’était bien du représentant de l’État dont il

était question. Qui pourrait dire le contraire que « le plus important c’est la paix » ?


Sauf que parfois le prix à payer pourrait être très élevé et alors pourrait se poser la

question du choix entre la paix et la paie…

Mais ce qui précède est peut-être trop philosophique, alors je vais vous raconter

une plus simple. Connaissez-vous la différence entre les fonctionnaires d’État

à Paris et leurs collègues à Papeete ?

L’indexation ? Que nenni ! ou plutôt ne parlons pas des problèmes qui fâchent.

Alors ?

Alors voilà. À Paris, ils hésitent parfois à manifester en semaine car cela leur

retirerait une journée de paie et, pour garantir la paix des ménages, ils renoncent.

Par contre, une manif organisée le samedi matin et les voilà, nos fonctionnaires

d’État parisiens à être des tas à défiler avec enfants dans les poussettes ou sur les

épaules.

Et à Papeete ? En semaine, ils se mettent en grève, défilent éventuellement, car ils

prennent un jour de congé (l’indexation le permet), mais le samedi matin, ils ne

vont quand même pas sacrifier une demi-journée de repos, éventuellement un

week-end à Moorea et voyez-vous, la manif du samedi matin rassemble moins de

monde qu’en semaine !

Ah ! les particularités locales ! C’est culturel, pa’i !

11 vues0 commentaire

Komentarze


bottom of page